LE TEMPS DE L'ACTION
Revendications citoyennes


Un nouveau contrat social


Certains droits et principes fondamentaux doivent aujourd'hui être affirmés:

Tous les hommes ont droit à un air pur, à une eau pure, à une nourriture pure, et à un environnement naturel préservé.

Tous les citoyens du monde ont droit à un revenu minimum inconditionnel.

Tout travail doit être rétribué par un salaire équitable, au regard du temps et de l'effort fourni, et de la valeur ajoutée produite par le salarié.

Tous les articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme doivent être intégralement appliqués, dans la lettre comme dans l'esprit, par l'état comme par les entreprises.

La technologie doit être utilisée pour libérer l'homme et non pour le contrôler et l'asservir.

L'économie doit être au service de l'homme, et non le contraire.

La nature est le patrimoine commun de toutes les êtres vivants, et de tous les hommes. En conséquence, toute atteinte à l'environnement doit être considérée comme un crime contre l'humanité.

Les paramètres économiques utilisées pour le calcul de la "rentabilité" doivent intégrer les coûts habituellement oubliés, comme la destruction de l'environnement, de la qualité de la vie et du bonheur...
Si les entreprises étaient obligées de payer ces coûts, cela changerait radicalement leur estimation de ce qui est "rentable" et de ce qui ne l'est pas.

 


 

Des mesures à exiger de nos gouvernements


Replacer l'homme au centre de l'économie. Dans la hiérarchie des valeurs de notre société, l'homme et la nature doivent être placés avant l'argent et le profit d'intérêts particuliers. L'économie doit être au service de l'homme et non le contraire.

La population doit être consultée par référendum pour toute adoption d'un accord multilatéral qui n'est pas en concordance avec les lois nationales ou avec la constitution.

Adopter une nouvelle déclaration des droits de l'homme, qui prenne en compte les nouvelles menaces créées par le progrès technologique.
En France, cette revendication vient d'être prise en compte par le gouvernement, avec la création de la
Charte pour l'Environnement qui a été ajoutée en 2004 à la Déclaration des Droits de l'Homme dans la Constitution française.

Droit à une justice rapide, équitable, et financièrement accessible à tous.
Fixer une durée maximum de 6 mois pour le traitement d'un dossier. En cas de dépassement de ce délai à cause de difficultés dans l'instruction du dossier, l'administration judiciaire devra démontrer qu'un nombre suffisant de ses agents travaillent sur le dossier. Autre point fondamental: la justice doit être la même pour tous. L'égalité de chacun devant la loi est inscrite dans la constitution et doit être appliquée.

Droit à une totale transparence de l'utilisation de l'argent public.
Il est temps de demander des comptes à nos gouvernants pour le décallage entre le niveau élevé des impôts et la qualité médiocre des prestations de l'état.

L'argent public doit être utilisé dans le sens de l'intérêt général et des aspirations profondes des citoyens.
Par exemple, pourquoi si peu de moyens sont-ils alloués au développement des énergies renouvelables, à la prévention des marrées noires, à la lutte contre les incendies de forêts, ou la répression contre la délinquance financière et les crimes écologiques? Alors que dans le même temps, des sommes considérables sont dépensées pour financer des actions contraires à l'intérêt général (aménagements publics et urbanisation inutiles, subventions à des activités polluantes, subventions au bénéfice d'intérêts particuliers, etc…)

Droit à une transparence totale des institutions européennes, de ses débats et de ses décisions.

Arrêt du sabotage de l'environnement et de la qualité de la vie

Arrêt des agressions contre l'énergie ou la santé des individus.
(pollution, destruction de la nature, urbanisation déshumanisée, pesticides et additifs chimiques dans l'eau et l'alimentation, effets secondaires délibérés des médicaments censés nous soigner, somnifères, tranquillisants, saturation de l'espace électromagnétique avec des ondes nocives pour le cerveau, abêtisation médiatique, surveillance électronique généralisée, black projects...)

Les gouvernements doivent servir l'intérêt général, et non des intérêts particuliers.
Poser la question: POUR QUI ROULENT NOS GOUVERNEMENTS?
Au service de quels intérêts travaillent-ils vraiment? Est-ce l'intérêt des citoyens, ou bien celui des lobbies industriels, des multinationales, et des organisations des Maitres du Monde?
Un nombre croissant d'éléments justifient cette question:

- Opacité totale des négociations de traités internationaux destinés à accélérer la mondialisation

- Abandon de la culture, de la recherche et bientôt de l'éducation à des intérêts privés.

- Démantèlement des services publics

- Insuffisance des lois pour l'information et la protection des consommateurs, pour la protection sociale, et la protection de l'environnement

- Absence de moyens allouées à l'application des lois de protection écologique ou sociale

- Utilisation de l'argent public pour le sabotage de l'environnement

- Justice à 2 vitesses, garantissant l'impunité aux classes dirigeantes et aux réseaux occultes  

- Multiplication des systèmes attentatoires à la vie privée (réseau Echelon, application de la loi inexistante pour les fichiers de données personnelles, etc.)

- Brutalité extrême des répressions policières contre les manifestants alter-mondialistes lors des récents sommets de Québec, de Göteborg et de Gênes

- Majorité des décisions gouvernementales inspirées par les intérêts des lobbies, et en même temps, absence quasi totale de décisions inspirées par l'intérêt général le plus évident...
 

Lors de la Révolution Française, l'influence politique excessive de l'Eglise avait conduit à la séparation de l'Eglise et de l'Etat.
Aujourd'hui, la mainmise des entreprises sur l'Etat rend nécessaire de proclamer la
séparation de l'Entreprise et de l'Etat, en rendant illégaux le lobbying et l'appartenance des agents de l'état à des entreprises ou à leurs réseaux et organisations occultes.

Instituer une séparation de la science et des intérêts économiques, et un contrôle citoyen de l'utilisation de la science. La technologie et la science sont aujourd'hui trop puissantes pour être laissées sous le contrôle exclusif des intérêts privés.
Une science dirrigée par les multinationales est inévitablement mise au service de leurs intérêts, pour accroître le contrôle, l'exploitation, et finalement le degré d'esclavage des populations.

La science doit être utilisée pour libérer l'homme et non pour l'asservir. Les citoyens doivent se réapproprier la recherche scientifique, orientée vers des sujets qui correspondent à l'intérêt général et aux grandes questions que se posent les gens: sur eux-mêmes, sur l'esprit, l'univers, la matière, la vie; ou encore sur les potentialités du cerveau comme la créativité, l'intelligence et les émotions, l'intuition, la synchronicité...) au lieu de se consacrer à des projets qui vont à l'encontre de l'intérêt général (recherches militaires, génétique, OGM, gène Terminator, clonages, hybrides, tentatives de modification de la nature humaine, technologies de contrôle, implants bioniques, contrôle du cerveau, etc…)

 

Inventer la démocratie du 21è siècle


Les élections doivent avoir lieu plus souvent, car l'évolution du monde et de la société est beaucoup plus rapide que par le passé. La durée de tous les mandats électifs (chefs d'état, députés, maires) doit être ramenée à 2 ans.

Donner un sens véritable à la démocratie en faisant voter les citoyens pour des mesures, et pas seulement pour des gouvernants. Par ailleurs, le programme électoral des élus politiques doit tenir lieu de contrat avec les électeurs. En cas de trahison de ce programme, l'élection d'un gouvernement doit être annulée et de nouvelles élections doivent être convoquées.

Créer un contrôle par les citoyens de l'utilisation de l'argent de leurs impôts. Faire voter au moins 50% du budget national par les citoyens eux-mêmes. Etablir un système de démocratie directe pour orienter l'argent vers des ministères ou des projets choisis par les citoyens. L'attribution du budget par les citoyens pourait se faire en même temps que la déclaration d'impôts.

Donner la possibilité aux citoyens d'élire les ministres, et pas uniquement le chef du gouvernement. Cela permettrait aux citoyens de composer une équipe gouvernemantale "plurielle" et équilibrée, qui rassemble les personnalités les plus positives et intègres de chaque parti.

Doter les institutions d'une Assemblée scientifique ayant le pouvoir de légiférer et dont l'avis favorable sera requis dès lors que sont concernés l'éthique et le devenir de l'homme ou de la planète.

Mettre en place la taxe Tobin sur les transactions financières du marché des devises. Le volume de ces transactions est si important qu'une taxe très faible suffirait à résoudre la plupart des problèmes planétaires dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux, en distribuant un revenu minimum à chaque habitant de la planète. Cette mesure est au centre des propositions de l'association ATTAC.

Etablir le vote fractionné (possibilité de voter simultanément pour plusieurs partis en répartissant des points, afin que les électeurs puissent exprimer des nuances dans leur choix).

En France: supprimer les préfectures et l'ENA. Démanteler les systèmes de corruption (DDE, collectivités locales) et instituer un contrôle des dépenses et prélèvements (impôts) des collectivités locales. Supprimer les niveaux redondants et coûteux de l'administration de l'Etat.
Autre mesure à prendre impérativement: la
simplification du protocole (les haies d'honneur de gardes républicains au garde-à-vous et les tambours pour accueillir le moindre préfet dans la cour de sa préfecture) et la modernisation des lieux de pouvoir (les bureaux des ministres, des hauts fonctionnaires et des préfets sont décorés comme des châteaux du 18è siècle). Tout cela incite les responsables de l'état à se sentir au dessus des citoyens, et par voie de conséquence, au dessus des Lois.

En France encore: Supprimer le Sénat et le remplacer par un Parlement de jeunes, élu dans les lycées et les universités. Car ce sont les jeunes qui auront le plus à subir les conséquences futures des décisions présentes.

Autoriser la saisie directe du Conseil Constitutionnel par les citoyens.

Appliquer les principes de la cybernétique, la science des systèmes, pour inventer un capitalisme à visage humain.

 

  

LE TEMPS DE L'ACTION

pages suivantes:

Les moyens d'action collectifs

Les points faibles des Maitres du Monde

Les erreurs stratégiques des Maitres du Monde

 
page précédente:

Les moyens d'action individuels

 
Retour à l'introduction