stratégiesplanétaires


CONSTITUTION EUROPÉENNE
Les élites disent Oui,
les peuples disent Non


Après les français, les citoyens Néerlandais ont dit Non au projet de constitution à 63%, avec comme en France une forte participation électorale. Ce résultat confirme à la fois le rejet des orientations actuelles de la construction européenne et le décallage abyssal entre les élites dirigeantes et les citoyens,




La victoire du Non aux Pays-Bas a donné lieu
à de véritables scènes de liesse...

La victoire du Non aux Pays-Bas a été présentée par les médias et les partisans du Oui comme ayant des causes différentes de la victoire du Non en France, afin de dissocier les deux évènements et de diluer leur sens. En réalité, il y a beaucoup de points communs entre les 2 Non, comme entre la situation vécue par les gens aux Pays-Bas et en France.

Aux Pays-Bas comme en France, le référendum a suscité une forte participation électorale. Le taux de participation a été de 70% en France, et de 63% aux Pays-Bas, où ce niveau est exceptionnel. Pour comparaison, la participation au référendum a été de 20% supérieure à celle enregistrée lors des élections législatives nationales.

Aux Pays-Bas comme en France, les citoyens ont massivement rejeté le traité alors que leurs représentants politiques de droite et de gauche l'avaient massivement accepté. A part l'Espagne, tous les pays qui ont ratifié la constitution l'ont fait par voie parlementaire, sans consultation des citoyens, et sans débat public. La Belgique, l'Italie ou l'Allemagne n'aurait peut-être pas ratifié la constitution si les citoyens de ces pays avaient été consultés.

Aux Pays-Bas comme en France, les citoyens tirent un bilan négatif du passage à l'Euro. Comme dans les autres pays qui ont adopté l'Euro, les prix des produits de base se sont envolés, et le pouvoir d'achat des citoyens s'est effondré.

Aux Pays-Bas comme en France, les citoyens n'ont pas "digéré" l'élargissement à 25 pays qui n'a fait l'objet d'un débat public ou d'une consultation électorale.

Aux Pays-Bas comme en France, l'éventuelle entrée de la Turquie dans l'Union suscite l'inquiétude d'une partie de l'opinion. Aux Pays-Bas, il s'y ajoute une opposition aux projets de la Commissions pour ouvrir davantage les portes de l'Europe à l'immigration(pour compenser la baisse de la natalité en Europe et pour maintenir un rapport entre l'offre et la demande de travail qui soit favorable aux entreprises).

Aux Pays-Bas comme en France, le pouvoir est occupé alternativement par des gouvernements de gauche et de droite qui appliquent la même politique, privant les citoyens d'un choix électoral réel.

Aux Pays-Bas comme en France, les salariés subissent les dégâts du libéralisme, et notamment les délocalisations vers les nouveaux pays de l'Union.

Aux Pays-Bas comme en France, les citoyens interrogés dans la rue pendant la campagne dénonçaient le caractère anti-démocratique de cette constitution, ainsi que le fait qu'elle donne plus d'importance à l'économie qu'à l'homme.
 

Ce double rejet de la Constitution par les peuples de 2 pays fondateurs du projet européen montre que celui-ci connaît une crise profonde, causée par un déficit démocratique, une absence de débat public sur les orientations fondamentales de l'Union Européenne ces 10 dernières années, et par l'autisme d'une classe dirigeante enfermée dans la tour d'ivoire de l'idéologie libérale.

Comme l'a reconnu avec honnêteté Jean-Claude Juncker, le président luxembourgeois du Conseil Européen à l'annonce des résultats du référendum aux Pays-Bas, « ce soir, il nous faut constater que l'Europe ne fait plus rêver ».

 
©
syti.net, 2005

 
 

 

THEMES ASSOCIES
 

Sens et perspectives du Non français

A 55% et avec une participation massive, les Français ont dit Non au projet de constitution européenne et désavoué leurs élites politiques et médiatiques qui ont sacrifié l'intérêt de l'Europe à celui des multinationales.

 

Europe: une Constitution piégée

Les pièges d'une constitution anti-démocratique et anti-sociale, dont le but est de rendre irréversible l'orientation ultra-libérale de l'Europe.

 

Les annexes inquiétantes de la Constitution

La Constitution européenne menace les libertés et prépare le terrain à une dérive totalitaire et policière de l'Europe par le biais "d'annexes" qui vident de son contenu la "Charte des droits fondamentaux" incluse dans la Constitution.

 

Zoom sur les articles de la Constitution

Inventaire des articles inacceptables du projet de Constitution européenne.

 

La directive Bolkestein

Une nouvelle arme de guerre sociale élaborée par la Commission Européenne, pour "libérer" les entreprises de toute règlementation...

 

La directive sur le temps de travail

Unedirective européenne fixe la durée du travail à 48 heures par semaine avec la possibilité d'aller jusqu'à 65 heures. Un pas de plus vers l'instauration d'un nouvel esclavage au service de la "compétitivité" des entreprises...

 

La fin programmée de la démocratie

Nous vivons depuis dix ans un changement radical du type de régime politique dans les pays occidentaux, avec l'avènement d'un nouveau pouvoir, celui des réseaux économiques et financiers. Voici les raisons pour lesquelles nous pouvons dire que nous ne sommes déjà plus tout à fait en démocratie.

 

Brèves nouvelles de l'Europe

L'actualité au sujet de l'Europe: élargissement, activité de la Commission, constitution, ultra-libéralisme, droits de l'homme, environnement...